Comment faire de la kiné respiratoire ?

La kinési respiratoire est une technique qui consiste à développer, maintenir et rétablir si possible la respiration. Elle est conseillée par le kinésithérapeute pour soulager les problèmes de toux et de congestion nasale. Si vous désirez faire de la kiné respiratoire, suivez les conseils suivants.

Faire de la kiné respiratoire avec la technique par ventilation et drainage

Lorsque vous souffrez de maladies respiratoires comme l’asthme et les bronchites chroniques, votre kinésithérapeute vous aide grâce à la technique de ventilation. C’est une méthode manuelle qui consiste à envoyer les sécrétions vers les voies aériennes buccales. Cela se fait dans le contrôle du flux expiratoire dans l’objectif de mobiliser ces sécrétions.

A voir aussi : Fonctionnement monte-escalier debout : conseils et astuces d'utilisation

Ainsi, la technique par ventilation et drainage passe par un débit inspiratoire important en vue d’accoster sur un volume expiratoire efficace. L’une des positions observées lors de cette technique est le drainage postural. Sous cette position, le patient s’incline sur un côté à un angle choisi afin de permettre le drainage des sécrétions pulmonaires.

En outre, il est possible d’observer aussi le drainage autogène qui vise à chercher le mucus dans les bronchioles afin de le dégager en douceur et en profondeur. Avec cette technique, l’individu travaille sur les différents volumes du poumon sur la base du mouvement inspiratoire.

A lire aussi : Fonctionnement monte-escalier debout : conseils et astuces pratiques

Technique de la percussion thoracique pour faire de la kiné respiratoire

kiné respiratoire

Encore appelée le clapping, la percussion thoracique est une technique permettant de faire la kiné respiratoire. L’objectif ici est d’appliquer de l’énergie au thorax et aux poumons par intermittence. De ce fait, le spécialiste frappe de façon rythmée le thorax d’une main avec plus ou moins d’intensité.

Il peut aussi utiliser un appareil pour faire le traitement. Le dispositif utilisé vise directement les compartiments pulmonaires touchés par le mal. Alors, grâce à la technique du clapping, le mucus se détache et s’évacue progressivement des différentes parois du poumon.

Par ailleurs, il est important de notifier que la percussion thoracique est une méthode vieillie et de plus en plus déconseillée. Cela s’explique par l’insuffisance de résultats probants par les kinésithérapeutes. En plus, pour certaines maladies comme la mucoviscidose, ce traitement est purement proscrit.

Autres informations utiles pour faire de la kiné respiratoire

Une séance de kinésithérapie respiratoire peut se dérouler à l’hôpital ou dans un cabinet. Quand vous faites de la kiné respiratoire pour la première fois, le spécialiste procède à une série d’examens. Il analyse aussi votre dossier médical si vous en avez. C’est après cela que débutent les différentes manipulations. Celles-ci peuvent se faire à la main, à l’aide d’un appareil ou d’outils divers.

Sur la base des premiers résultats issus de l’examen, le thérapeute décide avec vous, du nombre de séances à effectuer par semaine ou par mois. Ainsi, lors des séances hebdomadaires, il prodigue des conseils vous permettant de traverser facilement cette phase de votre vie.

Les bienfaits de la kiné respiratoire pour les patients atteints de maladies respiratoires

La kinésithérapie respiratoire est une méthode efficace pour traiter les maladies respiratoires. Elle peut soulager et améliorer considérablement la qualité de vie des patients atteints d’asthme, de bronchite chronique, d’emphysème ou encore de mucoviscidose.

Les bienfaits sont nombreux : elle permet de dégager les voies respiratoires obstruées en éliminant le mucus qui s’y accumule. Cette technique favorise aussi l’amélioration du fonctionnement pulmonaire en renforçant les muscles qui participent à la respiration. Grâce à cette thérapie, le patient apprend à mieux contrôler sa respiration et est ainsi capable d’améliorer son endurance physique.

La kiné respiratoire est un traitement non médicamenteux qui vise à améliorer les symptômes liés aux affections pulmonaires tout en contribuant à prévenir leur apparition. Toutefois, pensez à bien préciser que cette méthode ne remplace pas un traitement médical prescrit par un médecin spécialiste.

Il existe différents types d’exercices adaptés au niveau du patient et aux objectifs fixés lors des séances avec le kinésithérapeute. Ces exercices peuvent être pratiqués seuls ou avec l’aide du professionnel selon votre état général et vos capacités physiques.

Si vous êtes atteint(e) d’une affection pulmonaire, n’hésitez pas à vous tourner vers une séance de kiné respiratoire afin de bénéficier de ses bienfaits.

Les précautions à prendre avant de commencer une séance de kiné respiratoire

Bien que la kinésithérapie respiratoire soit une méthode thérapeutique efficace pour traiter les maladies pulmonaires, pensez à bien prendre certaines précautions avant de commencer une séance.

Premièrement, si vous souffrez d’une affection cardiaque ou neurologique, consultez un spécialiste avant tout traitement. Ce dernier doit évaluer votre état de santé et donner son accord pour la pratique des exercices respiratoires.

Si vous êtes asthmatique ou atteint(e) d’un autre trouble pulmonaire grave comme l’emphysème ou la bronchite chronique, vérifiez auprès du médecin qui suit votre dossier médical si vous pouvez bénéficier de ce type de soins complémentaires à ceux déjà prescrits.

Pensez à porter des vêtements amples et confortables pour vos séances : cela facilitera grandement la respiration et évitera toute gêne. Évitez aussi toute consommation alimentaire importante juste avant chaque rendez-vous car notre digestion peut limiter nos capacités physiques lors des exercices respiratoires. Il est donc préférable de manger légèrement quelques heures avant chaque séance afin d’optimiser les bienfaits obtenus pendant celle-ci.

Respecter ces quelques précautions avant de commencer une séance de kiné respiratoire contribue à une meilleure prise en charge thérapeutique et permet d’optimiser les bienfaits associés à cette méthode.

vous pourriez aussi aimer