Les clés pour remédier à la perte d’autonomie de la personne âgée

En juin 2018, l’Insee estime que 30,2% des Français sont victimes à 75 ans d’une perte d’autonomie. Cela constitue un véritable défi pour les aidants qui ne ménagent aucun effort pour maintenir leur proche à la maison. Mais, savez-vous qu’il existe plusieurs solutions pour remédier au mal ? Faisons le point dans cet article.

Qu’est-ce qu’une perte d’autonomie ?

La perte d’autonomie de la personne âgée est une situation qui nécessite qu’une aide soit portée à la victime, notamment pour la réalisation des tâches les plus quotidiennes les plus banales. La perte d’autonomie peut provenir :

A lire aussi : Quelles sont les relations les plus importantes dans une vie ?

  • D’un accident de la rue : les accidents vasculaires cérébraux, les chutes et les retours à domicile après une hospitalisation ;
  • A lire aussi : Trouver l'inspiration : Les activités idéales pour les seniors

  • D’une maladie: les maladies neuro dégénératives comme le Parkinson et l’Alzheimer, l’ostéoporose et l’arthrose.

Notons que la perte d’autonomie de la personne âgée se manifeste de différentes manières. On peut avoir :

  • L’incapacité d’une personne à se laver, se changer ou se nourrir ;
  • L’incapacité d’une personne à cuisiner et entretenir sa maison ;
  • Les difficultés relatives à l’expression et la compréhension ;
  • Le désintéressement vis-à-vis de son entourage.

Comme remédier à la perte d’autonomie de la personne âgée ?

Pour remédier à la perte d’autonomie de la personne âgée, de nombreuses solutions sont envisageables. Entre autres, on a :

L’aide à domicile

L’aide à domicile est une meilleure approche pour solutionner la perte d’autonomie de la personne âgée. Elle requiert en effet un accompagnement qui doit s’adapter à la situation de la victime. Dans bien de cas, on remarque que les proches aidants éprouvent de la difficulté à assumer cette fonction, surtout lorsque la victime ne bénéficie d’aucune aide extérieure. Le cas échéant, il est nécessaire de recourir aux services d’une auxiliaire de vie qui dispose des aptitudes nécessaires pour apporter un certain soulagement au concerné. Ce dernier pourra voir sa vie s’améliorer au fil du temps.

La prévention du mal

La prévention est aussi une solution pour contrer la perte d’autonomie de la personne âgée. Cependant, elle concerne particulièrement les personnes non atteintes, qui, en principe, doivent se donner toutes les chances d’éviter le mal. Pour ce faire, il faut adopter de saines habitudes alimentaires à travers un régime équilibré. Le cas contraire, le risque de dégradation et d’accident est élevé. En dehors de la nutrition, il est important de pratiquer une activité physique afin d’avoir du tonus musculaire. Cela permettra de garde une certaine autonomie et de mieux se déplacer au quotidien. Parmi les pratiques les plus recommandées dans ce cas, on a : la nage, le vélo, la danse, le jardinage.

Enfin, une meilleure activité intellectuelle peut aider à prévenir la perte d’autonomie de la personne âgée. Il faudra par exemple se livrer à des exercices de mémorisation, la lecture des livres ou encore l’écriture.

Les signes précurseurs de la perte d’autonomie chez la personne âgée

La perte d’autonomie chez la personne âgée est un processus évolutif qui se manifeste par des signaux précurseurs. À cet effet, il faut connaître ces derniers afin de prévenir ou du moins ralentir leur apparition.

Lorsque la personne âgée commence à éprouver des difficultés pour effectuer des activités simples telles que manger, s’habiller, faire sa toilette, etc., cela peut être le signe annonciateur d’une perte d’autonomie. Il faut donc y prêter attention et considérer mettre en place un accompagnement adéquat.

Les troubles cognitifs sont fréquents chez les personnes âgées. Toutefois, lorsqu’ils commencent à nuire gravement à l’autonomie du concerné tels que l’oubli fréquent, la confusion mentale ou encore les changements brusques dans le comportement habituel, ils peuvent signaler une évolution vers la dépendance.

Chez les personnes âgées, on remarque souvent une tendance accrue à l’isolement social et affectif. Cette situation est généralement causée par plusieurs facteurs : la disparition progressive des amis, partenaires, voisins ; le départ forcé ailleurs, la maladie ou une mobilité réduite. L’isolement social et affectif peut entraîner des conséquences désastreuses sur la santé morale et physique de l’individu.

Il faut repérer ces signaux précurseurs afin d’éviter que la perte d’autonomie ne s’installe définitivement chez les personnes âgées. Il faut les accompagner avec bienveillance, puisque cela leur permettra de vivre mieux dans leur propre environnement en toute sécurité.

Les solutions pour prévenir la perte d’autonomie et favoriser le maintien à domicile

Afin de prévenir la perte d’autonomie chez les personnes âgées, il existe plusieurs solutions adaptées à leur situation.

La première solution est l’accompagnement personnalisé. Celui-ci consiste en une évaluation régulière des besoins de la personne concernée et une prise en charge individualisée. Cette solution permettra à la personne âgée de mieux vivre au quotidien, tout en préservant son autonomie.

La deuxième solution est l’installation d’équipements spécifiques pour faciliter le maintien à domicile. Ces équipements incluent par exemple : des barres d’appui dans les toilettes, des rampes pour escaliers ou encore des détecteurs de mouvement. Ils aideront la personne âgée dans ses actions quotidiennes et réduiront ainsi les risques liés aux chutes.

Il faut sensibiliser les proches sur l’importance du maintien du lien social avec la personne âgée. Les visites régulières ainsi que l’aide aux tâches ménagères constituent un soutien moral important pour ces dernières.

La mise en place de ces différentes solutions favorise donc le maintien à domicile et permettra à la personne concernée de conserver un certain niveau d’autonomie.

Les aides financières disponibles

Dans certains cas, il peut être difficile pour les personnes âgées ou leurs familles d’assumer seules le coût associé au maintien à domicile.

  • L’APA : l’allocation personnalisée d’autonomie est versée aux personnes âgées en situation de perte d’autonomie. Elle peut être utilisée pour financer du personnel à domicile ou des équipements spécifiques.
  • La PCH : la prestation de compensation du handicap permet aussi de financer certains services et équipements favorisant le maintien à domicile, tels que les aides techniques ou l’aménagement du logement.
  • Les mutuelles et assurances proposent souvent des solutions adaptées au maintien à domicile, comme par exemple le remboursement de certains frais liés à la prise en charge quotidienne.

Un certain nombre de dispositifs sont donc disponibles pour soutenir financièrement les personnes concernées par une perte d’autonomie chez les seniors. Il faut se renseigner auprès des organismes compétents afin d’en bénéficier pleinement.

.

vous pourriez aussi aimer